Un événement exceptionnel en Antarctique va bousculer le monde. Une catastrophe va précipiter le destin des habitants de notre planète. Voici les faits tels qu’ils ont été reconstitués à l’époque par nos services de renseignement.

Jessica Parker est une jeune scientifique bardée de diplômes universitaires et journaliste spécialisée en environnement. Elle a été sélectionnée par l’ONG Greenorg pour passer trois mois en Antarctique dans la base franco-italienne Concordia, une des rares stations polaires situées au centre du continent Antarctique.

Cette jolie blonde s’est préparée physiquement et mentalement pour affronter cette épreuve hors du commun. Ce ne sera pas le Club Med : la station Concordia est située à une altitude de plus de 3.000 mètres et les températures moyennes varient autour de – 30° C durant la bonne saison qui ne dure que trois mois, de début novembre à mi-février.

…………………………………………………..

…………………………………………………..

……………………………………………………

Il faut à présent organiser « le raid », le nom donné au transport de tonnes de matériel de la côte jusqu’à la base Concordia, située à plus de 1.100 kilomètres à l’intérieur du continent.

Une vingtaine de personnes font partie de cette expédition, essentiellement des hommes spécialisés dans un domaine bien précis : des techniciens et des chauffeurs, des responsables de la logistique, un médecin et un cuisinier.

Les scientifiques, le personnel de la base et les produits frais sont acheminés directement par avion.

8 novembre 2022

C’est le jour du grand départ de l’expédition, de la côte de l’Antarctique vers la station Concordia située dans les terres. Le convoi est composé d’une dizaine d’énormes tracteurs à chenilles tirant chacun plusieurs traineaux géants transportant des conteneurs, des citernes et du matériel divers.

Jessica a pris place dans le tracteur conduit par Sami, tractant deux traineaux. Le premier transporte un conteneur orange et le second une vaste citerne jaune-orange contenant du carburant. Le voyage devrait durer une bonne dizaine de jours selon les conditions climatiques et les problèmes mécaniques. Le convoi roulera environ 14 heures par jour pour une distance quotidienne de quelques dizaines de kilomètres, quand tout va bien.

En ce matin du 8 novembre, le convoi s’ébranle lentement, comme une longue chenille se tortillant en permanence. Sami se concentre sur la route, en réalité une simple trace laissée par les dameuses de tête guidées par GPS. Dans cette première partie du voyage près des côtes, la neige est molle, provoquant des enlisements. La progression est très lente car le terrain est instable : la glace avance sur le continent à raison de 50 mètres par an en direction de la mer, provoquant crevasses, monticules et autres pièges.

- Bel engin, clame fièrement Sami, sais-tu que cette petite merveille consomme 600 litres de carburant aux 100 kilomètres ?

- Pas très écologique, s’étonne Jessica, à moitié surprise. Je crois savoir que 40 à 50% de la masse transportée dans le raid, hors nourriture, est constituée de carburant.

- Exact ! Et dès qu’une citerne est vide, on l’abandonne en cours de route pour la reprendre au retour. Cela permet d’alléger le convoi.

- Les chiens de traineaux étaient plus écologiques, soupire Jessica. Mais ils sont interdits depuis 1992 pour éviter des risques de contamination de la faune locale.

Jessica sait qu’il n’y a pas d’autres alternatives.

- L’avion est trop cher et peu écologique, déplore-t-elle.

- Exact, le ravitaillement par avion est deux fois plus coûteux et les volumes transportés limités. Et trop dépendant de la météo. Ce sont des petits avions transportant au maximum une à deux tonnes, passagers inclus. Il faudrait une rotation de 900 vols répartis sur quelques semaines !

9 novembre 2022

Deuxième journée de route. Toute l’équipe se retrouve le soir dans les quatre caravanes aménagées en chambres, cuisine, infirmerie, sanitaires, local radio …

Sami, le chauffeur, est en grande discussion avec son pote Argo, le manutentionnaire, dans la petite salle à manger. Très nerveux, Argo semble avoir abusé de vodka. Ses gestes saccadés attirent l’attention de Jessica.

Elle sait que l’alcool est un vrai problème dans ces contrées désertiques. L’isolement, les paysages et le climat peuvent avoir des effets exaltants ou déprimants. Des conflits humains sont fréquents. Mais l’attitude d’Argo lui semble différente. Chaque fois qu’elle l’avait regardé droit dans les yeux, il avait détourné la tête. Ce n’est pourtant pas un timide et son regard est particulièrement perçant.

Argo se met la tête entre les mains, se lève et quitte la petite salle à manger en vociférant des paroles incompréhensibles.

Jessica rejoint Sami.

- Que se passe-t-il avec Argo ?

- Je n’en sais rien. Il m’a paru très déprimé. Il m’a fait comprendre qu’il avait une grave maladie et que sa vie n’avait plus de sens. Il m’a parlé de sa famille qui compte sur lui …

A l’extérieur, le vent est tombé et tout est immensément calme. Le froid intense semble avoir figé la petite expédition dans la glace.

Argo titube sur la neige gelée jusqu’au conteneur orange dont il a la charge. Il contemple le spectacle féérique et surréaliste qui s’offre à lui : une immensité blanche et infinie, maculée de monstres métalliques aux couleurs vives, soigneusement alignés. Le froid intense et le silence lui rappellent la fin tragique du film Titanic qu’il avait vu dans sa jeunesse : le paquebot avait coulé lentement dans une mer d’huile, suivi d’un silence absolu.

Argo sait qu’il n’est pas venu en Antarctique pour admirer ce monde lunaire. Il a une mission à remplir. Peu importe les conséquences, il n’a plus d’autre choix. Il sort de sa poche une petite boîte métallique.

Argo se sent seul au monde, un monde qu’il va quitter bientôt. Alors, autant partir vite. Un geste et tout sera terminé. Ne plus penser. Agir.

Il a une toute dernière pensée pour sa famille. Avec 100.000 dollars, elle sera financièrement à l’abri pour des générations.

Argo retient sa respiration et actionne le détonateur. 

 Membres Odoo


 


Commander le livre

Faites votre commande en ligne maintenant